Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Music All

Music All

La référence en matière de comédie musicale française


Portrait : Kaël, un artiste en clair-obscur

Publié par Music All sur 21 Juillet 2016, 21:41pm

Catégories : #Portraits

Portrait : Kaël, un artiste en clair-obscur

La comédie musicale : une passion pour certains, une vocation pour d'autres. C'est le cas pour Kaël, artiste fraîchement débarqué dans le monde du spectacle musical. Il intègre La Légende Du Roi Arthur au début de l'année 2015. Le spectacle s'est terminé en juin 2016 mais Kaël évoque son envie de continuer dans cette voie. Notre équipe a eu l'occasion de le rencontrer. Retour sur le parcours semé d’embûches d'un artiste déterminé à aller toujours plus loin.

Music All: Tu as une licence en sciences économiques mais tu fais pourtant carrière dans la musique. Comment cette envie te vient-elle ? Est-ce soudain ou plutôt de longue date ?

Kaël: Depuis mon plus jeune âge j'adore chanter. Cette passion m'est venue très tôt lorsque j'accompagnais mon père batteur sur ses prestations. Je passais mes soirées à regarder les chanteurs et je me rappelle m'être dit que je finirai chanteur un jour ou l'autre. J'ai fait un petit concours de chant à l'âge de 10 ans qui m'a donné un stress fou. J'ai pourtant gagné le concours mais ça n'a pas suffit à faire sauter les barrières en moi faites de timidité et de manque de confiance... Les années sont donc passées très vite : adolescence tranquille, premiers flirts, puis lycée, fac d'économie... Puis à 22 ans, je me retrouve dans un karaoké à Montélimar, et je me lance ! Et là, je me rends compte que c'est ça que je veux faire ! Donc j'arrête la fac le lendemain matin et me fais une promesse à moi même : rattraper au plus vite les années perdues et tout faire pour vivre de cette passion !

On a récemment pu te voir te présenter au casting de la comédie musicale Les 3 Mousquetaires et de La Légende du roi Arthur, comment l'idée de participer à une comédie musicale te vient-elle ?

En septembre 2013, je me suis installé sur Paris avec ma conjointe danseuse professionnelle. A 30 ans, j'étais conscient que c'était déjà très tard pour percer dans la capitale mais je croyais très fort en ma petite étoile et avais tout simplement envie de travailler avec un professeur dont j'avais entendu parler (Damien Silvert) afin de progresser vraiment. J'avais clairement cet objectif d'intégrer ce réseau très fermé des comédies musicales. J'ai une voix de ténor qui se prête très bien à ce genre de répertoire et j'ai grandi en regardant les VHS de « Starmania » et « Notre Dame de Paris ». J'ai envie de dire que ce style fait partie de mon ADN ! Je me suis donc présenté à tous les castings, j'ai énormément relancé les gens aussi... Il faut parfois être très lourd pour se faire une place dans le métier (rires) ! Début 2015, j'ai fait les auditions de « The Voice » et même si l'aventure n'a pas duré, elle m'a permis d'être appelé pour l'audition des Trois Mousquetaires. L'audition s'est très bien passée et m'a permis là aussi de tisser mon réseau. Derrière, on m'a appelé pour l'audition « doublures » de « La légende du Roi Arthur ». Pour la petite histoire, j'ai fait un très mauvais casting mais Dove m'a dit qu'il savait très bien de quoi j'étais capable et m'a donc donné ma chance, à ma grande surprise !

Aujourd'hui je peux le dire, je suis beaucoup plus fort qu'il y a un an... mais beaucoup moins fort que dans un an !

Portrait : Kaël, un artiste en clair-obscur

Tu es donc retenu pour être doublure de trois rôles dans LLDRA, comment ressens tu ta présence dans ce show ? Était-ce une volonté de ne pas être sous les projecteurs de ta première grosse production ?

Je ressens cette sélection comme un premier pas dans ma carrière. C'est super d'avoir cette ligne de plus sur mon CV. Dove Attia est un grand nom dans le monde des comédies musicales, comme Giuliano Peparini, donc je ne vois que du bon dans le fait d'intégrer cette grande machine. J'avoue que la phase d'euphorie a très vite laissé place à énormément de doutes. Il s'est avéré que pour de multiples raisons, le temps qui aurait dû m'être consacré afin de me former aux différents rôles n'a pas pu être pris... J'ai donc passé trois mois à regarder les autres travailler, à prendre des notes et à me frustrer en silence. J'ai même été à deux doigts d'arrêter en juillet 2015 mais après des discussions au sein de la troupe, j'ai décidé de m'accrocher coûte que coûte. La suite de l'aventure m'a conforté dans cette décision : j'ai vécu derrière ces mois frustrants de très grands moments que je n'oublierai jamais. Pour ce qui est de ma volonté, d'être ou de ne pas être sous le feu des projecteurs, je ne me suis en fait jamais posé cette question ! Je veux simplement m'épanouir artistiquement et avancer quoi qu'il arrive. Je pense que c'est une bonne chose de rentrer dans le métier en tant que doublure car ça permet d'apprendre et de voir que le métier est difficile voire injuste par moment, et ça, il ne faut jamais l'oublier même quand on est tout en haut. Aujourd'hui je peux le dire, je suis beaucoup plus fort qu'il y a un an... mais beaucoup moins fort que dans un an ! Voilà, c'est ça ma mentalité !

Alors que les représentations du spectacle ont commencé le 17 septembre au Palais Des Congrès de Paris, on ne t'offre la chance de doubler un grand rôle que le 11 Mars à la Halle Tony Garnier de Lyon. Comment as tu appréhender cette première fois ? Stressé ?

Ce qu'il faut quand même préciser, c'est que j'ai découvert la scène dès le 26 septembre au Palais Des Congrès à Paris, certes dans un second rôle, mais tout de même avec une chanson à interpréter. Justement, ces quelques prestations en homme du peuple m'ont, d'une part, aider à contenir la frustration de ne pas jouer les gros rôles mais aussi de prendre confiance en moi car les échos ont été tout de suite très bons. Comme je l'ai dit précédemment, la préparation que j'aurais dû obligatoirement avoir pour préparer Méléagant n'a pas du tout été faite... J'ai fait mes premiers essais sur scène une semaine avant la prestation et en plus je me suis blessé à ce moment là (entorse du pouce). Bref, le stress était tout simplement monstrueux car je n'étais pas préparé. Je me suis réfugié dans le travail perso comme jamais. Ma conjointe m'a énormément fait travaillé également, Julien Lamassonne, mon pote et partenaire sur scène, a été aussi d'une grande aide en me faisant travailler le théâtre... De toute façon, prêt ou pas prêt, je voulais le faire quoi qu'il arrive. Au final, ça a été un moment très fort... Pour moi, j'étais à 70% de ce que j'aurais pu faire en étant vraiment prêt et rodé... Mais les gens ont tout de même adhéré à ce que j'ai fait ce soir là. La troupe aussi m'a trouvé bon. Mon gros regret c'est de n'avoir fait Méléagant qu'une seule fois. Je suis certain que j'aurai convaincu beaucoup de sceptiques si j'avais eu d'autres opportunités de jouer.

Tu as aussi eu l'occasion de doubler le rôle de Lancelot deux fois (Toulouse et Genève). Ces deux fois on ne te met au courant de ta présence sur scène qu'a la dernière minute. Comment vis tu ce moment ? Cela augmente t-il ton stress ?

Bizarrement, j'ai vécu ces moments relativement sereinement ! J'avoue qu'il y a eu un petit coup de panique, surtout à Genève où j'ai appris que je jouerai à 18h30, soit 2 heures avant le début du show ! Mais finalement, une fois la panique passée, on se dit que c'est comme ça, et que de toute façon, on est embauché pour ça à la base. Dans ces moments là, il faut aussi se dire qu'on sauve une date à toute la troupe et à des milliers de spectateurs... Alors certains se plaindront toujours mais qu'auraient-ils dit si la date avait été annulée ? Au final, cela permet de s'éviter un stress pendant des semaines (qui parfois est terrible à gérer). Là au moins, on y va tout de suite ! L'expérience Lancelot a été belle, vraiment. J'ai pris beaucoup de plaisir les deux fois et c'est finalement ça qui restera.

Maintenant que la dernière du Roi Arthur a eu lieue, cela laisse place à une éventuelle suite de carrière. Tu évoques ton envie de continuer dans la voie de la comédie musicale mais t'imagine tu te lancer dans une carrière autonome, sortir un album solo par exemple ?

Je n'ai clairement aucun projet de carrière solo, et je dirais que ça me différencie de beaucoup de mes camarades dans le spectacle musical. Moi, je ne suis pas là pour qu'on connaisse mon nom et pour ensuite surfer là dessus avec mon projet perso. Je suis là pour me faire une place dans le monde de la comédie musicale, c'est ça l'objectif numéro 1, clair et affiché ! On me reverra donc très vite dans un spectacle musical même si je dois être encore doublure (certains titulaires ont été doublures plusieurs fois avant d'avoir un rôle majeur). Je prends sans soucis, à condition que l'on me fasse jouer plus souvent et qu'on me prépare un minimum pour m'éviter mes expériences passées ! Petit scoop : une très bonne nouvelle arrive à la rentrée !

A moi de rebondir rapidement et de vous montrer que j'en veux toujours plus

Portrait : Kaël, un artiste en clair-obscur

On a recemment appris que ton public pourrai te retrouver pour trois concerts cet été (Aimargues, Réthel et Sumène) au côté de deux de tes anciens groupes. Cela traduirai t-il une envie de les rejoindre de nouveau ?

J'ai un peu répondu à cette question dans la question d'avant ! Clairement non, je n'ai pas envie de rejoindre à nouveau mes anciens groupes ! Ça a été une très belle période de ma vie où j'ai énormément appris en tant que chanteur, et de manière plus générale, ça m'a permis de vivre de ma passion pendant de longues années. Mais j'ai tout simplement envie d'autre chose aujourd'hui. Ceci dit, je suis resté en très bons termes avec tous mes anciens groupes et les dépanner de temps à autres me permet de rester en contact avec eux mais aussi avec ce monde du spectacle vivant que je ne renierai jamais. Qui sait si un jour je ne retravaillerai pas dans ce domaine ? Puis il y a aussi une raison plus personnelle à tout ça : j'aime être au courant de ce qui se fait, des nouveautés, donc c'est enrichissant de faire quelques dates par ci, par là afin de ne pas me sentir enfermé dans mes airs de comédies musicale !

Quel ressenti as tu vis à vis des concerts qui approchent ? T'attends tu à y retrouver ton public du Roi Arthur ?

Je n'ai pas de pression particulière. Comme je l'ai dit, c'est aussi pour le plaisir que je fais ça. C'est un plaisir de retrouver mes anciens collègues musiciens et de faire une soirée avec eux, tout simplement. J'ai partagé l'info sur ma page car ce serait justement sympa que les fans du Roi Arthur voient ce que je faisais avant la comédie musicale. C'est complètement un autre métier, les gens vont me voir chanter des titres très différents de la comédie musicale comme par exemple des morceaux des années 80 ou des titres de Kendji ! C'est fun, ça change ! Et c'est un sacré exercice d'arriver à être crédible sur tous ces styles. Pour info, une nouveau date s'est greffée récemment : elle aura lieu Samedi 23 juillet à 22h30 à Vendargues (34) avec le groupe Sortie de Secours.

On a aussi pu voir le compteur de j'aime de ta page Facebook augmenter largement durant l'aventure du RA, pensais tu recevoir autant de soutien de la part des fans du genre ?

Sincèrement je l'espérais ! Mais on ne sait jamais si les gens vont cautionner ou pas, vous apprécier ou pas. J'ai essayé de rester moi même durant toute l'aventure. Je n'ai jamais demandé à personne d'aller liker ma page, chacun est libre de faire ce qu'il veut. Perso, lorsqu'on me le demande, je ne le fais pas ! Je préfère nettement avoir 1200 j'aime sincères que 10 000 en passant mes journées à les mendier. Après, je n'ai plus 20 ans donc j'ai beaucoup de recul par rapport à tout ça. Je sais que « La légende du Roi Arthur » est terminé, et que forcément beaucoup de gens vont oublier cette troupe, ça fait partie du jeu. A moi de rebondir rapidement et de vous montrer que j'en veux toujours plus.

Retrouvez toutes les infos et actualités de Kaël sur sa page Facebook et son compte Twitter. N'oubliez pas d'aller l'applaudir à Vendargues (Hérault) le 23 Juillet à 22h30, le 6 Août à Réthel (Ardennes) et le 14 Août à Sumène (Gard). Merci à Cyrielle Photographie et à M&S Photography pour les photos.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nad'Arts et Culture 22/07/2016 13:07

Interview sincère et agréable ... c'est certain , humilité, doute et grand talent font que Kaël est un vrai artiste...avec le travail et la confiance qui sera renforcée au fur et à mesure , il ne peut qu'accéder à de beaux rôles, bonne chance à lui !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents