Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Music All

Music All

La référence en matière de comédie musicale française


Jack, l’éventreur de Whitechapel

Publié par Célia sur 3 Avril 2018, 09:21am

Catégories : #Spectacles

Depuis le 15 janvier, le Théâtre Trévise est devenu le témoin de crimes londoniens sanglants. Music All s'est frayé un chemin entre l'enquête policière et l'histoire d'amour pour vous ramené toutes ses impressions...

Jack, l’éventreur de Whitechapel

Après y avoir découvert Enooormes en début d’année, Music All a repris la direction du Théâtre Trévise pour y découvrir une histoire d'un style totalement différent. La pièce est une production de Guillaume Bouchède (Hairspray, La Famille Addams) et Jean Franco pour le livret, Michel Frantz pour les musiques et Julien Mouchel pour les paroles et la direction musicale.

 

L’histoire

 

Londres en 1888, des crimes odieux perpétrés sur des prostituées du quartier de Whitechapel défraient la chronique.

L'inspecteur Abberline et son adjoint Morty voient se succéder de nombreux suspects sans jamais offrir une certitude sur l'identité de ce monstre sanguinaire.
Quand un Américain s'installe dans le quartier et tombe amoureux d'une prostituée, idylle et suspicion ne font pas bon ménage...

 

Les talents

 

Alexandre Jérôme Boulard, le lauréat du Trophée de la Comédie Musicale "Révélation Masculine" pour La Poupée Sanglante en 2017, tient le rôle de Thomas, l’américain énigmatique au grand cœur. Il est accompagné Marion Cador (Kid Manior), la ravissante Emma méfiante mais amoureuse. Angélique Rivoux (L'Ultime Rendez-vous), Laura Bensimon (Ivo Livi), Rachel Pignot (Les Misérables, Sister Act) ou encore Madline Marbaix (Palace), forment l’assemblée pleine de caractère des futures assassinées en compagnie de Sandrine Seubille (Le Bal des Vampires) dont on adore les manières un peu rudes et la gestion maternelle de la taverne de Whitechapel.

Quant à Juliette Béhar (Oliver Twist, le musical), elle nous touche particulièrement par la douceur de son personnage et sa fragilité.

 

Jean-Baptiste Darosey (Petit Ours Brun), Harold Simon (Cyrano de Bergerac) et Julie Costanza (vue la veille dans Hairspray) se partagent brillamment les rôles masculins de la pièce. On notera le potentiel comique du personnage de Morty (Julie Costanza) qui allège considérablement l’ambiance générale du spectacle.

© Bruno Autin

© Bruno Autin

On a aimé:
 

  • La musique en live tout au long de la pièce et la présence des musiciens dans la salle;
     
  • La mise en scène (signée Samuel Sené) des meurtres subtile, élégante et originale sans entrer dans le gore;
     
  • L'engagement fort des femmes de la pièce. Souvent irrévérencieuses, elles ont des discours poignants sur la condition des prostituées dans le Londres de 1888;
     
  • Le rappel des dates des meurtres des prostituées pour nous rappeler à quel point l’œuvre est historique;
     
  • Le résumé de la vie de chaque victime auxquelles le public s'attache;
     
  • Le dénouement inattendu, même si vous avez vu From Hell (thriller d’Albert et Allen Hughes avec Johnny Depp sorti en 2001). 

Jack, l'éventreur de Whitechapel se joue encore jusqu'au 10 avril 2018 au Théâtre Trévise ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents